Tentative de définition de la notion de durable

La notion de durable

« Toute forme de développement, aménagement ou activité touristique qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales, et contribue de manière positive et équitable au développement économique et à l’épanouissement des individus qui vivent travaillent ou séjournent dans les espaces protégés ».

L’homme est le centre de ce développement, en respectant les ressources naturelles, en tenant compte de la diversité des clientèles cette orientation prône un tourisme doux maîtrisé et intégré dans son territoire.
Il représente une chance pour réintégrer l’économie dans le social en laissant une large place à la participation des acteurs locaux dans les projets de développement.

Ceci reste un point de vue, le tourisme durable reste un processus qui se base sur des valeurs que l’on aura défini. C’est une façon de faire, de construire, de collaborer, de choisir ; c’est la prise en compte de certains acteurs oubliés, c’est l’attention portée aux milieux naturels, c’est le respect des touristes.
C’est une attitude, et l’on peut faire du durable avec de toutes petites choses, sans attendre et sans forcément élaborer un programme complexe.

Vouloir mettre l’homme au centre c’est lui redonner la priorité dans les projets de développement, l’homme a besoin d’ordre social et culturel. L’économie se mettra au service de ses projets qui auront pris l’homme dans sa globalité, sa diversité.

Le tourisme durable questionne plus le rapport entre les hommes et leur environnement
Le tourisme durable est plus une orientation, une volonté, qu’une méthode
Le tourisme durable est un encrage dans le territoire
Le tourisme durable est une construction, une démarche, un processus.

A l’échelle de l’entreprise touristique

Un acteur est toute personne concernée par la dynamique en cours. C’est un panel de gens très différents mus par des motivations et des modes de fonctionnement très différent Il n’y a pas d’acteurs durables ou non durables.

La démarche ne doit pas se réduire qu’a la seule participation des élus, des services publiques de développement. Il faut donner la parole aux prestataires touristiques qui sont les premiers concernés et que l’on a trop tendance à négliger sous prétexte qu’ils sont trop individualistes et ne pensent qu’à leur chiffre d’affaire. La démarche devrait se positionner par rapport à leur situation, leurs problèmes, leurs souhaits, leur propre regard sur le tourisme, le durable, le développement.

Il est finalement celui qui est construit par les acteurs eux mêmes. Le tourisme durable nous pousse à intégrer le facteur temps comme un élément essentiel du processus collectif de développement.

Tourisme solidaire et responsable

Le tourisme solidaire et responsable regroupe les formes de tourisme alternatif qui mettent au centre du voyage l’homme et la rencontre et qui s’inscrivent dans une logique de développement des territoires.
L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont le fondement de ce type de tourisme.

S’engage dans un souci de circoncire les dégâts imputables à un tourisme « prédateur » ; plus éthique permettant une réelle découverte des autres et une plus juste répartition des retombées financières des séjours.
Explorer de nouvelles approches du tourisme moins « agressives, plus durables », tourisme rural et tourisme social ont en commun leur attachement à la dimension humaine de la relation touristique et son accroche aux territoires d’accueil, dans une perspective de développement global.

Les fondements communs peuvent se résumer ainsi :

Tous les acteurs du tourisme responsable ont pour objectif de contribuer au développement des populations d’accueil.
Il passe par la viabilité des projets –la valorisation des patrimoines culturels et naturels- l’implication à tous les stades du projet des populations locales- la minimisation des impacts négatifs tant sur l’environnement que sur les cultures.
Ceci favorise la participation des populations à une vision systémique (relatif à un système pris dans son ensemble) du développement.

Grille de cinq éléments fondamentaux :

– La préparation au voyage
– La dimension économique
– La dimension sociale
– La dimension environnementale
– La dimension de développement local.

En France, le tourisme responsable et solidaire souffre encore d’un manque de visibilité et de force commerciale .
En Italie où cette offre est centralisée, la demande dépasse largement l’offre, c’est un marché en pleine expansion.

intégralité du label ATR disponible sur internet

«Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysage, mais de voir avec de nouveaux yeux». Marcel Proust

Tourisme solidaire

Forme très aboutie de développement local, où respect de l’identité des territoires, la démocratie participative et solidarité s’enrichissent mutuellement.
Véritable levier économique avec un ancrage social, et participant à la préservation du patrimoine naturel et culturel.
Il introduit une notion de solidarité entre le touriste et les populations d’accueil. Ex : soutien à un projet de développement. S’inscrit dans la durée afin de garantir les opérations de solidarité.

Tourisme responsable

Part de la prise de conscience que les opérateurs sont responsables des effets du tourisme sur la population et l’environnement
Tout comme le tourisme rural qui a démarré comme une source de développement local, le tourisme solidaire et responsable doit pouvoir enrichir leurs promoteurs et les organisateurs
Le tourisme, on le sait, est un excellent moyen pour faire avancer les mentalités, les expérimentations, les innovations en tout genre.
On l’a vu pour la sensibilité à la nature, on le voit pour la démarche du développement durable, pour l’intérêt des entreprises à intégrer les économies d’énergie et d’eau dans leur gestion au quotidien ;
Le tourisme solidaire et responsable a un avenir comme tourisme et il faut s’en réjouir.

Le tourisme durable

Le tourisme durable ou plutôt le développement durable du tourisme, est l’application, au secteur du tourisme, des concepts du développement durable, à savoir : « répondre aux besoin du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

L’écotourisme

A l’inverse du tourisme solidaire, responsable, équitable ou durable, qui désigne d’abord des engagements et des démarches, l’écotourisme désigne une gamme d’offres.
Selon l’OMT il peut être désigné ainsi : « l’écotourisme rassemble toutes formes de tourisme axées sur la nature et dans lesquelles la principale motivation du tourisme est d’observer et d’apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles »
– il comporte une part d’éducation et d’interprétation ;
– il est généralement organisé, mais pas uniquement, pour des groupes restreints par de petites entreprises spécialisées ;
– l’écotourisme s’accompagne de retombées négatives limitées sur l’environnement naturel et socioculturel.
– il favorise la protection des zones naturelles.

Poursuivre la réflexion : développement durable et professionnels du tourisme…

PARTAGER SUR